Éditorial janvier 2021.

Chers adhérents du Carrefour Citoyen,
Chers amis,

Nous voici à l’orée de ce nouvel an tant espéré.

De toutes parts nous arrivent des vœux, des souhaits. Des informations nous submergent, plus ou moins avérées, parfois optimistes, souvent contradictoires, par la voie des réseaux dits sociaux, qui nous persécutent et se transforment pour l’occasion en « fléaux » comme dit notre ami Max ! Nous-mêmes nous efforçons de faire le tri dans cet amas, ce tas, pour en tirer… ce qui nous arrange, ce que nous souhaitons voir advenir, pour nous et pour tous.

Pas facile. Que d’énergie dépensée à nous auto-persuader que le long terme commence aujourd’hui, ce jour-même ; à envisager les causes et les conséquences, dans le bon ordre si possible ; à nous souvenir « qu’un voyage de mille lieues commence par un pas » (Lao Tseu).

Nous allons donc à la rencontre de « l’an qui vient », moment mystérieux plein de promesses et de surprises. Les contraintes et restrictions de l’année qui se termine, pour pénibles qu’elles aient été, ont fait de nous des artisans, des inventeurs de nouveaux modes de relation, pour vivre et nous protéger mutuellement. Alors, trêve de paroles superflues. Offrons nous plutôt ce poème en guise de cadeau de nouvel an :

Avançons,
nous n’avons rien perdu de ce qui nous fait grandir,
ni l’énigme du cœur, ni la bonté des arbres
ni le vin de la colère
ni la chance d’être ensemble.
Avançons encore :
le feu mange l’ombre
mais pas l’oiseau qui la précède.

Extrait de Jean-Pierre SIMEON : « un homme sans manteau », Cheyne éditeur 2006.

Belle et bonne année nouvelle à nous toutes et tous !

Les commentaires sont fermés.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑